Nokia « 6680 »

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

6680*

Profession : berger de pixels. Face à l’écran, j’attends mes bêtes. La nuit, les photos prisent au 6680 larguent leur cargaison de pixels sur le tarmac de mon logiciel. Ils sont grossiers, désordonnés, couverts d’encre. Je ne me plains pas. Je les aime. Art digital ?

On ne croyait pas si bien dire. J’ai les mains dedans. Un pixel propre et net à l’arrivée, on peut douter de sa sincérité, pourquoi ? Parce qu’il embellit tout ce qu’il touche. Parce qu’il fait de la misère et du dénuement un spectacle, à se demander qui décide des événements :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

le pixel, l’appareil de photo ou l’auteur du déclic. Je suis photographe tendance graphe et c’est comme ça. Avant j’étais percussionniste. Il faut souvent s’expliquer sur l’attirance qu’on a pour les origines. La photographie renferme un projet déraisonnable : écrire avec la lumière, voilà pour l’étymologie. Noir de l’encre noire sur un papier Fine Art. Noir sans reflet ni trace de lumière et les renfermant toutes !

La photographie actuelle charge les couleurs en lumière comme la littérature charge les mots en particules de mémoire. À la différence que la photographie débusque le réel sur les rives d’un langage d’où les mots ont disparu. Par un nuit épaisse, quand on ne sait plus distinguer la lumière d’un phare de celle d’une bougie, les pixels les plus fragiles rapportent dans leurs flancs quelques traces d’humanité, permettant à la photographie d’exister en inventant une archéologie des émotions.

Youval

*6680. Téléphone portable de la marque Nokia muni d’un appareil photo numérique. (capteur : 1,3 million de pixels.)